Je vous ai parlé de son Traité de la Peinture comme source principale de comparaison car l'on a son texte et ses schémas, il y a un autre texte de l'époque que les spécialistes vont devoir reprendre à la lueur de cette histoire : L'Itinerario écrit par Antonio de Béatis le secrétaire du Cardinal Louis d'Aragon. Ce récit est écrit en 1521 et relate (à partir de ses notes) le voyage en Europe avec son maître en1517-1518.


Ils étaient à l'automne 1517 au Clos Lucé en compagnie de Léonard de Vinci, en date du 10 octobre. Il nous apprend ainsi que Léonard est paralysé d'un bras et qu'il ne faut plus attendre grand-chose de valeur de sa part.

Il nous dit que Vinci leur a montré trois peintures admirablement bien réalisées et finies : la Joconde, le Saint Anne et le Saint Jean-Baptiste.

Il raconte que Vinci est plongé dans ses manuscrits en vue de la publication de son Traité de la Peinture.


Enfin : « Léonard ne peint plus avec la douceur qui lui était habituelle ».


Si l'on résume ces quatre points : Vinci est certainement paralysé d'un bras, il a fini ses trois tableaux, il est plongé dans ses manuscrits pour le Traité de la Peinture et il peint, mais différemment.


Pour préciser ma pensée, Antonio de Béatis et moi sommes d'accord.


Léonard est plongé dans ses manuscrits du Traité de la Peinture et il peint, différemment.